Bio FR

Journaliste et dessinateur de bande dessinée, Alexandre de Maio est influencé par la culture hip-hop. Depuis ses débuts à la fin des années 1990, il se consacre aux questions sociales.
Né en 1978 à São Paulo, au Brésil, la culture de rue a été un facteur déterminant dans sa carrière.
A 21 ans, il commence le journalisme et créé le magazine « Rap Brésil », puis édite et produit des revues pour le jeune public pendant plus de 10 ans.
En 2006, il publie sa première BD « Les ennemis n’envoient pas de fleurs », en collaboration avec l’écrivain Ferréz, chef de file de la littérature marginale.
A partir de 2010, il développe le journalisme en BD pour des sites comme « Catraca Livre » et la revue « Forum », en explorant toujours les thèmes sociaux.

Avec l'Agence Pública, il conçoit plusieurs reportages sous forme de bande dessinée, et remporte en 2013 le Prix Tim Lopes de journalisme d'investigation pour l’enquête “Meninas em jogo” (« des fillettes en jeu ») consacré à l'exploitation sexuelle des enfants sur les côtes du Nordeste brésilien.
La même année, Alexandre de Maio publie la bande dessinée « Desterro » (traduite en français aux éditions Anacaona : « Favela Chaos, l’innocence se perd tôt », en 2015) sur la vie dans le quartier de Capão Redondo, à la périphérie de la zone sud de São Paulo.
En 2014, huit planches de la BD reportage dédiée à la coupe du monde pour la revue Fórum sont publiées dans le magazine français Courrier International. Il collabore alors avec le quotidien Folha de São Paulo, Estado de São Paulo, la revue sportive Placar et dessine une campagne de l’ONG Greenpeace. La même année, il est finaliste du Prix Abril de journalisme dans deux catégories.
Entre les deux tours de l’élection présidentielle, il développe le projet de vérification des faits “Truco” puis en 2015 “Truco no Congresso” diffusé sur le site de l'Agence Pública.
En 2015, il réalise des bandes dessinées dédiées aux futurs Jeux Olympiques de Rio pour le magazine Veja et un reportage sur le poli-amour publié par l’édition brésilienne de la revue Playboy. Le dessinateur est finaliste dans trois catégories du Prix Gabriel Garcia Marquez 2015 de Journalisme.
En mai 2016, Alexandre de Maio publie deux livres en France.
Pour « Génération Favela, ces jeunes brésiliens qui réinventent leurs quartiers », il réalise une trentaine de planches en couleur pour illustrer les douze portraits de jeunes entrepreneurs écrits par deux journalistes françaises. Cette série de reportages à trois mains est publiée en mai 2016 aux éditions Ateliers Henry Dougier.
« Je suis Rio », est une BD reportage consacrée au parcours du rappeur Dudu et à la naissance du groupe de rimeurs Poètes Compulsifs, dans les périphéries de Rio de Janeiro, qui parait aussi en France en 2016, chez Anacaona.

Informations de contact:
alexandredemaio@gmail.com
www.alexandredemaio.com.br

Back to Top